Forum rpg libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
ÉTUDIANT ♦ 4ème année

Get out, it's my bed ۞ with Laëlia
posté le Dim 31 Mai - 18:32


  . . .


Une matinée de cours, c'était déjà bien suffisant.
Du moins pour toi. Encore fraîchement arrivé, tu ne t'étais pas habitué aux coutumes humaines et à leur train de vie. Tu ne saisissais pas l'utilité de ces cours et n'avais aucune envie d'y participer. Après tout, ce n'était pas comme si tu étais venu ici pour le plaisir d'en apprendre plus sur l'homme et ses conneries. La pause de midi était maintenant bien entamée, tu avais eu le temps d'avaler deux énormes pièces de boeuf et une bonne flopée de pâtes. Cela avait été rapide, personne n'était avec toi pour te déranger et ça t'allait. Tu avais toujours préféré manger seul, même si durant un banquet les autres ne t'empêchaient pas de te gaver. La peau du ventre tendue, tu avais fini par quitter le self sans vraiment savoir trop quoi faire. Tu n'irais pas en cours, ça c'était une certitude. Retourner dans ton dortoir ? Tu aurais pu, mais tu avais peur de croiser quelqu'un et être ainsi obligé de ressentir des choses dont tu n'avais pas envie. Peut-être de quoi te retourner l'estomac ! Alors, non. T'étais tombé sur le mauvais manoir, pas de veine - au moins t'avais évité celui aux couleurs arc-en-ciel qui te foutait les ch'tons rien qu'à le voir. Tu fis une petite grimace en imaginant quel genre de personnes pouvaient habiter dans celui-ci ... Si jamais les affectations avaient été faites selon le caractère.

Tu secouas la tête avant de ramener tes bras autour de ton torse. On se pelait sérieusement les miches à l'extérieur. Et le soleil était caché par d'épais nuages. L'extérieur n'était pas une option. Sans grande conviction, tu fis demi-tour. Tu trouverais peut-être un coin où te caler. Tranquille et chaud. Et dans le cas contraire, tu te contenterais de rentrer. Tu poussas la porte et la différence de température fut, pour toi, violente. Frileux, ouais. Tu fourras tes mains dans tes poches et te mis à explorer les lieux à la recherche de LA place. Le petit coin douillet qui deviendrait ton territoire. Le premier étage était trop bruyant entre le self et l'accueil et à chaque pause des élèves rempliraient les couloirs. C'était l'étage que tu connaissais le mieux. Tu te dirigeas directement vers l'escalier pour aller au deuxième. Classes, classes, toilettes, classes. Tu fronças les sourcils un peu désespéré et irrité de ne pas trouver. Tu n'irais certainement pas te caler dans les chiottes et il était impossible pour toi de savoir quelle classe serait libre. Tu lâchas un gros « putain » avant de t'arrêter net et de faire quelques pas en arrière. Un lit. Tu avais vu un lit, c'est sûr. Tu te penchas en arrière avant d'avoir la confirmation. Sans hésiter, tu pénétras dans la pièce un peu nonchalamment et les yeux brillants. Il y avait des lits partout, quelques étagères aussi, mais tu t'en foutais. Tu regardas tout autour de toi. Personne, tu étais seul. Il faisait chaud. Tu avais de quoi te poser. Et c'était silencieux. Quoi de mieux ?

Tu sondas un peu la pièce avant de repérer un lit près d'une fenêtre. Si jamais il y avait un rayon de soleil il serait pour toi. Tu le rejoignis tirant les draps pour t'allonger à l'intérieur. T'avais encore froid fallait te réchauffer. Les mains derrière la tête, allongé sur le dos, tu regardas le plafond. Doucement tu fourras une de tes patoches sous ton tee-shirt pour te masser le ventre de manière circulaire. T'étais en pleine digestion et tu sentais peu à peu ta conscience vaciller avant de finalement s'éteindre ... Une petite sieste après avoir manger il n'y avait rien de mieux.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNEL ♦ Infirmière

Re: Get out, it's my bed ۞ with Laëlia
posté le Mer 3 Juin - 11:45

Ce n'est pas une jolie journée.
Il n'y a pas de grand soleil pour venir réchauffer tes frêles épaules, non il n'y a que le vent froid d'un ciel gris. Et tu es vraiment frileuse alors depuis ce matin, dans l'infirmerie il fait chaud. Il fait vraiment chaud. La petite étudiante de première année avec son souci de fille n'avait pas arrêter de t'en remercier. Car à l'infirmerie on s'y sent bien. Vraiment bien. C'est assez grand, lumineux et chaleureux.

La matinée se passe sans impasse.
Les élèves s'enchaînent pour de petits bobos, rien de grave. Tu aimes ce genre de matinée, même quand le soleil se cache. Tu vois déjà arriver l'heure du repas. Tu ne pouvais pas résoudre à réveiller le jeune homme fiévreux, tu avais même attendu vraiment le dernier moment. Histoire que même lui, puisse aller manger pour reprendre des forces. Maintenant c'était à ton tour d'aller manger... Tu aurais voulu prendre un peu l'air. Mais il faut vraiment froid. Alors tu ouvres ta petite boite à repas ici. Pensive tu manges ta salade en continuant de remplir le registre et vérifier les stocks. Puis tu soupires en observant le temps dehors.

Tu quittes l'infirmerie et tu laisses la porte ouverte.
Tu n'en as pas longtemps et s'il y a un patient il t'attendra dedans directement. C'est juste le temps pour toi de laver ton petit panier repas et tes couverts. Puis tu descendre faire un tour à l'accueil. Voir un peu de monde avant de remonter... Mais quand tu reviens un truc t'intrigues. Tu n'as pas souvenir d'avoir tirer le rideau du lit à coté de ton bureau. Celui qui est le plus proche du chauffage/.. Tu viens à pas feutrés déposer ta boite et ta paperasse sur le bureau avant d'oser t'approcher.

D'une main délicate, tu ouvres le rideau.
Lentement pour ne pas faire de bruit... C'est peut-être une farce, ou alors trouveras-tu deux étudiants entrain de faire des bêtises comme tu pouvais le voir dans les téléfilms petit budget qui passait à la télévision. Tu soupires et tes yeux se posent sur l'ouverture. Ils découvrent un jeune homme... Géant. Une crinière bleu voyante et surtout les yeux clos. Une respiration régulière et une main sous son t-shirt pour se caresser le ventre ? Peut-être avait-il des soucis de digestion. Et un courant d'air frais ainsi sur son ventre n'allait pas arranger son affaire. Alors tu te penches légèrement pour tirer sur ton t-shirt pour cacher son nombril, puis tu viens remettre la couverture sur son corps, jusqu'à ses épaules. Tu essaies d'être le plus discrète possible. Et finalement, tu te dois de lui poser quelques questions pour peut-être le soigner, alors tu viens poser ta main sur son front caressant ses cheveux du bout des doigts. Un réveil en douceur, des gestes tendres et un regard bienveillant, c'est ainsi que les élèves te connaissaient. Tu chuchotes:

« Jeune homme, réveillez-vous... »

Biensûre s'il ne se réveille pas.. Tu attendras sans insister c'est qu'il avait sans doute besoin de sommeil. Trop gentille, petite infirmière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ÉTUDIANT ♦ 4ème année

Re: Get out, it's my bed ۞ with Laëlia
posté le Mer 3 Juin - 17:10


 . . .


Tu détestes ce corps et ses faiblesses.
Ta vulnérabilité et ton impuissance.
Autrefois, tu aurais entendu les pas feutrés qui se rapprochent de ton lit. Tu aurais esquivé cette main délicate qui se pose sur ton front dans une caresse qui ne t'est pas familière. Autrefois, tu ne te serais pas fait avoir. Tu grognes légèrement alors que la couverture remonte sur ton corps. Et tu sens une chaleur inconnue sur ton front. La sensation n'est pas désagréable bien qu'inhabituelle. Tu fronces légèrement les sourcils en gigotant légèrement ta tête de gauche à droite.

« Jeune homme, réveillez-vous... »

Tu te stoppes net et ton corps entier se crispe. Ton esprit qui était jusqu'à présent bien loin de la réalité redescend soudainement sur terre. Tes yeux s'ouvrent brusquement et d'un revers de main tu écartes celle de l'inconnue. Tu te redresses aussitôt les sourcils froncés. Agacé et irrité. Ton regard se pose sur la petite humaine qui te fait face. Des cheveux longs blancs comme neige, des lunettes un peu trop grosse à ton goût et trop frêle. Tes lèvres se retroussent légèrement comme elle l'aurait fait pour pousser un feulement, mais seul un léger sifflement n'en sort. Se faire réveiller par autrui, que cela soit doucement ou non n'a jamais été ton délire. Tu as horreur de ça. Ton sommeil est presque aussi sacré que ton morceau de viande. Alors, t'élève la voix.

« Bordel, c'est quoi ton problème ?! »

Tu passes une main dans tes cheveux comme pour effacer la trace de ses doigts dedans. Tu ne comprends pas trop. Généralement, on évite de t'approcher. Et même si dans ton sommeil, tu peux avoir l'air d'un chaton inoffensif ... On te laisse en paix. Et surtout qu'un humain perturbe ton sommeil ça te sidère. Faut dire que jusqu'à présent tu ne les as pas côtoyé d'aussi près aussi longtemps. Tu lui lances un regard mauvais avant de jauger la distance qui sépare la petite blonde de ton lit. Et tes sourcils se froncent. Elle est trop proche. C'est ton territoire auto-attitré là et elle est dans ton périmètre. Tu t'assois sur le bord de ton lit laissant tes pieds toucher le sol en te mettant en face d'elle. Tu l'attrapes par les épaules et tu l'obliges à reculer en la poussant. Tu te lèves obligé de l'accompagner par ce geste jusqu'à la limite qu'il te plaît. Une fois à deux mètres du lit, tu la lâches et retourne t'asseoir sur celui-ci. Puis, tu la pointes du doigt un peu menaçant.

« Tu t'approches pas plus ok ? » Tu désignes ton lit « Ça c'est mon coin, t'empiètes pas, capiche ? »
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNEL ♦ Infirmière

Re: Get out, it's my bed ۞ with Laëlia
posté le Ven 5 Juin - 17:58

Il est intriguant...
Cette couleur de cheveux t'obsède comme un reflet électrique que tu connais depuis bien trop longtemps. Il te plait, te fascine. Mais ton murmure aussi doux soit-il vient de recevoir le plus acerbe des retours. Sa main claque et te chasse. Tu restes sans voix, surprise et rougissante, tu ne voulais pas le déranger... Pas l'effrayer. Il a l'air tellement sauvage et à fleur de peau. Comme une bombe à retardement qui n'attends que le bon moment pour t'exploser à la face... Quel étudiant plein d'énergie farouche. C'est ce que tu penses quand il se redresse ainsi.

« Bordel, c'est quoi ton problème ?! »
Oh la politesse ne semble pas lui arracher les lèvres. C'est comme si tu venais de lui jeter de l'eau froide à la face. Tu n'as fait que réveiller un élève peut-être malade et réclamant des soins pour mieux dormir. Il te regarde avec beaucoup de noirceur dans les yeux avant de venir te poser ses grandes mains sur tes épaules. Ainsi debout, tu réalises encore plus la différence de taille qui peut vous séparer. Il est immense. Puis il te pousse, il te recule encore et encore. Il semble définir une sorte de distance de sécurité entre toi et son lit.. Et il te le confirme en plus. Tu n'en reviens pas. Tu as les yeux aussi ronds que la bouche. Tu ne sais pas quoi dire, ni comment réagir. Juste un léger rose sur tes joues. Juste un regard incertain et attendri. Tu croises les bras sans le quitter des yeux et tu viens poliment te cacher les lèvres pour rire. Un rire malicieux et tendre. Il est attendrissant tu remets une mèche de cheveux derrière ton oreille:

« Hélas, je ne peux pas accepter votre requête, je peux vous laisser utiliser le lit si vous êtes fatigué mais... C'est bon bureau et j'ai encore un peu de paperasse à faire... »

Tu pointes les papiers sur le bureau et tourne les talons pour retourner enfiler ta blouse blanche, tu remontes tes grandes lunettes sur le bout de ton nez et tu rajoutes avec ce même petit sourire :

« C'est mon coin ici, je suis l'infirmière scolaire, je m'appelle Laëlia et vous ? » Tu rajoutes un léger signe de main et un sourire avant de te mordre un peu la lèvre en pointant la table pleines de biscuits, cafetière et bouilloire puis elle rajoute « Désirez-vous un café ou un thé ? Je peux aussi tout simplement en pas faire de bruit et vous laissez vous reposer » Un regard malicieux. L'infirmière scolaire, trop gentille qu'on disait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ÉTUDIANT ♦ 4ème année

Re: Get out, it's my bed ۞ with Laëlia
posté le Lun 15 Juin - 17:35


 . . .


Elle rigole. Oui, ce que tu viens d'attendre était bien un rire. Tu fronces légèrement les sourcils, te prend-t-elle pour un guignol ? Elle n'a pas l'air de te prendre vraiment au sérieux. Tu ne la quittes pas du regard alors que tu reprends ta place confortable sur 'ton' lit.

« Hélas, je ne peux pas accepter votre requête, je peux vous laisser utiliser le lit si vous êtes fatigué mais... C'est bon bureau et j'ai encore un peu de paperasse à faire... »

Tu hausses un sourcil sans vraiment comprendre ce qu'elle te dit, en suivant du regard ce qu'elle désigne. Il y a bien un bureau avec un paquet de paperasses désordonnées dessus. Elle enfile sa blouse blanche lui donnant un air plus sérieux et surtout plus mature. Il semblerait que ce soit une adulte. Parce que comme ça c'était pas évident avec sa petite taille et son visage aux allures juvéniles.

« C'est mon coin ici, je suis l'infirmière scolaire, je m'appelle Laëlia et vous ? » Tu croises les bras sur ta poitrine en la regardant de haut en bas avec attention. Infirmière, vraiment ? Tu as du mal à l'imaginer s'occuper de quelqu'un comme ça. Faut dire que quand tu entends infirmière, tu penses immédiatement aux grandes blessures, à l'agonie et à la mort proche. Parce que dans tes films, c'est comme ça. Faut dire que tu es plus branché 300 que Docteur House. Tu fais une petite mine sceptique.

« Désirez-vous un café ou un thé ? Je peux aussi tout simplement en pas faire de bruit et vous laissez vous reposer » Tu reportes ton attention sur son visage. Et tu souris légèrement. Ouais, elle doit sûrement apporter plus de réconfort avec son joli minois aux blessés que de véritables soins. Parce qu'à bien regarder maintenant, elle est plutôt mignonne l'infirmière et quand t'es mal tu préfères voir la gueule d'une jolie demoiselle plutôt que celle d'un vieux Quasimodo. Tu t'allonges sur le flanc en t'appuyant sur ton coude.

« Non pas soif. Et je peux plus dormir maintenant que tu m'as réveillé. » Tu pinces légèrement les lèvres encore un peu froissé. T'avais vraiment prévu ton après-midi et maintenant qu'est-ce-que t'allait faire. D'un seul coup la sonne cloche annonçant le début des cours. Il doit être 14h, tu restes immobile, pas plus décidé à y aller.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNEL ♦ Infirmière

Re: Get out, it's my bed ۞ with Laëlia
posté le Mer 17 Juin - 9:49

Il n'a pas l'air vraiment accueillant.
Pourquoi ? Tu n'avais aucune mauvaise pensées. Tu pensais à son bienêtre en plus. Alors tu ne sais pas quoi en penser. Surtout qu'il semble s'amuser de tes mots. De tes réactions. C'est ce petit sourire à ses lèvres qui te mets la puce à l'oreille. Mais qu'il est beau quand il sourit. Tu rougies un peu. Allons, Laëlia, ce n'est pas bien d'avoir ce genre de pensée. Mais c'est plus fort que toi, il y a un truc comme famillier chez toi, dans le reflet bleu de ses cheveux. De ses yeux. Tu restes là, immobile à attendre une réponse de sa part.

Il ne veut rien.
Il est juste en colère d'avoir été reveillé. Tu pousses un léger souprie fébrile. Mince, il a réussi à te faire culpabiliser cet idiot. Tu te mords à nouveau la lèvre. Tu sais qu'il t'observe. Il est tourné sur le côté, face à toi, dans le lit allongé. Mais ces yeux ne te lâchent pas. Comme un prédateur traquant sa proie. Tu te tournes pour te servir un thé. Toi tu en voulais quoiqu'il arrive. La sonnerie annonce le début des cours. Elle te fait sursauter et te voilà avec quelques gouttes d'eau brûlante sur la main. Tu sautilles sur place d'un pieds à l'autre en soufflant sur ta main, puis tu viens la placer sous l'eau froide dans un soupire. Tu détournes le regards, oups... Depuis tout à l'heure il te regarde peut-être toujours. Il a sans doute tout vu.

Il risque de se moquer de toi.

Tu baisses vite la tête, rouge comme une fraise. Tu ne sais plus où te mettre. La main dans une serviette, tu cherche la pommade pour les brûlures et biensûre, elle est trop haute. Tu essais, tu es toute tendue. En équilibre sur la pointe des pieds, tu effleures la boite sans la toucher mais tu n'arrives pas à l'attraper. Est-ce-que tu as besoin d'aide ? Oui sans doute. Mais comme à chaque fois, tu vas te débrouiller toute seule. Sans doute aller chercher un p'tit escabeau pour être à la bonne hauteur. Tu relances un regard gêné vers lui. Décidément, aujourd'hui tu te ridiculises un peu en face de lui. Tu pinces les lèvres. Tu rougies. Tu retournes essayer d'attraper ta crème avant de soupirer et te résigner prête à aller chercher l'escabeau pour t'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Re: Get out, it's my bed ۞ with Laëlia
posté le Aujourd'hui à 14:39

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Garden Hills :: Les archives du forum :: L'académie :: Deuxième étage :: Salon Médical-